AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what are you doing here then ? | Everton

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 2:25


Alors tu vois, comme tout se mele
Et du coeur a tes levres, je deviens un casse-tête
Ton rire me crit, de te lacher
Avant de perdre prise, et d'abandonner


Elle se tournait et se retournait dans tous les sens, une fois à droite et une fois à la gauche de son lit mais les bruits de la forêt et du parcs plongé dans l'obscurité, seulement trahis par la faible lumière émanant de la lune haut perché. De ce fait la demoiselle n'arrivais pas à fermer l'œil, et quand bien même sa consciente en alerte lui laissait un brun de répit un bruit lui rappelais qu'ici il ne faisait pas bon avoir la conscience en mode veille. River en pouvait s'empêcher de se maudire d'être là, dans ce camps pourri où tous peuvent perdre leurs têtes au détour d'un sentier battu. La jeune femme tendit l'oreille, espérant entendre le souffle de sa colocataire Illyssah, histoire qu'elle soit toujours vivante sais – t – on jamais, mais avec les murs épais les seules sons qu'elle entendait était le bruit des feuillages dehors, et le clic clac stressant de l'horloge trônant dans le couloir. Bon sang il n'y avait donc pas moyen de dormir dans ce foutu endroit, elle se tournait et se retournait dans son lit sans jamais arriver à trouver le soleil, comme condamné à rester éveillé jusqu'à ce qu'on daigne mettre fin à ses jours.

Finalement elle daigna lever ses fesses de son lit, la chaleur s'ajoutait à toute les conditions qui faisaient qu'elle ne puisse pas dormir à sa guise, son regard se riva sur l'horloge du couloir dès lors qu'elle posa un pied sur le plancher du bungalow, sept heure trente le matin. Cherchant à se remémorer un jour où elle avait été aussi matinale son cerveau se concentra sur sa recherche plutôt qu'à l'ambiance généralement glauque que l'ensemble du parc dégageait. Les vacances sentaient une odeur infâme de méfiance, maintenant vos propres amis peuvent devenir ceux qui vous tuerons dans le dos. Bon sang rien que d'y penser, elle en eut la chair de poule tandis que ses mains frêles se servaient un jus d'orange frais et un pain au chocolat dans le placard. Elle soupira et se dirigea vers la télévision, machinalement posa son verre sur la table basse et dirigea de l'autre main la télécommande sur l'écran de télévision, écran plat s'il vous plait, à croire que les organisateurs n'ont pas fait les choses à moitié. Cependant on entendit claquer à la porte, elle fronça les sourcils et dirigea son regard sur la porte en bois de son bungalow, qui pouvait bien venir à cette heure là bon sang, un insomniaque ? Un tueur ? … La personne tapa du poing une seconde fois sur la porte, d'un façon beaucoup plus soutenu, seul un homme pouvait taper à la porte de cette façon. Hésitante elle resta figée avant de balancer une faible parole, effrayé.

    Qui est ce ? si c'est une blague c'est vraiment pas drôle.


Elle avait la voix tremblante, et se fit pitié à elle même sur le coup, d'être une chochotte pareil n'était d'ordinaire pas dans ses habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 3:20

 


    C'est une vraie horreur ce camp. J'étais censé passer les plus belles vacances de ma vie mais au lieu de ça, c'est un vrai film d'horreur. On se croirait dans ces vieux films nuls mais deux fois plus effrayants. Il y a déjà quelques jours, j'ai été visiter les lieux, ça faisait terriblement peur. La maison hanté, là-dedans, tu veux même pas mettre le pied à l'intérieur, on dirait qu'on te regarde de partout. Bref, je déteste cet endroit. C'est si idiot de nous amener ici, nous faisons bien sûr des connaissances sauf que je ne revoie personne que j'aurais aimé un jour revoir. Quand je suis arrivé ici, je savais que tout allait raté, que j'allais m'emmerder. Sauf que ce jour là, je n'arrivais pas à dormir.

    J'ai veillé toute la nuit en écoutant des émissions ridicules. J'ai écouté les Simpsons, les Décalés du Cosmos et encore d'autres émissions plus nulles les unes que les autres. Vers sept heures de l'avant-midi, je décidai de sortir à l'extérieur. Prendre une marche. Mais par pure précaution, j'ai prit ma lampe torche avec moi. Je marchai quelques temps en trainant les pieds, m'emmerdant quoi. J'arrivai près des bungalows, il y avait encore des personnes debout à cette heure là. Je n'étais donc pas le seul à ne pas vouloir dormir. Je n'avais pas encore confiance en ce lieu. Puis, je tournai ma lampe torche vers le parc, une ombre ou quoi que ce soit me regardait. Je sentis mon coeur battre extrêmement rapidement. L'ombre se rapprochait, je me mis à courrir vers le premier bungalow et cogna de toutes mes forces. La première fois, aucun bruit. La deuxième fois, une voix féminine sortit du bungalow. Je jetai un coup sur mon épaule, l'ombre n'était plus là. Je continuais quand même à cogner. Plus les secondes passaient, plus je commençais à avoir chaud.

    - Ce n'est pas une blague, silvouplaît ouvrez.

    Alors, je mis mes bras sur la porte, de sorte à m'accôter, lorsque la personne ouvrit, je faillit tomber à la renverse sur elle. Je repris mon équilibre et regarda la personne. Elle me rappellai vaguement quelque chose. Soudain, je me rappellai.

    - Riverleigh ? C'est bien toi. Quoi qu'il en soit, puis-je entrer, je dois t'avouer que je suis mort de trouille, une ombre me suivait, j'ai prit panique. Désolé de t'avoir fait peur.


[HJ: Désolé si c'est nul, faudra que je me rappelle que je suis sur un forum du style horreur ^^ ça va pas être long de reprendre le thème, t'inquiète]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 3:51

Elle se renfrogna, pourquoi donc fallait il que les plans foireux tombent toujours sur elle ? La chance n'as jamais vraiment été du côté de la jeune femme, dans tous les sens du terme d'ailleurs, autant pour ces vacances qui s'annonçaient tout à fait merdique que pour les études, qui elles aussi s'annonçaient comme catastrophique, et plus encore côté cœur. Bon sang la vie ne voulait elle donc pas être clémente avec elle un de ces quatre ? Ok, ce parc à aussi de bon côté, sa rencontre avec sa colocataire Ilyssah et Jeremiah sont nouveau confident meilleur ami de choc ajoutait un point de lumière au tableau noir de ces vacances. Toujours sur ses gardes, elle se devait de l'être et plus que jamais elle ne pouvait s'empêcher de ce dire que si ils étaient tous là ce n'était que pour de bonnes raisons, tous devaient avoir quelques choses en commun pour se retrouver ici. La jeune femme aimait à se dire qu'ils faisaient parti d'un de ces jeux stupides qu'on trouve sur les chaines du câble, un genre de télé réalité ou ils seraient tous en train d'évoluer, que des millions de téléspectateur américains, ou carrément du monde entier serait en train de les épier et décidaient de leurs sors par des votes. Stupide quand on y repense, mais plausible. Pourquoi pas après tout, après la méfiance vient peut être la paranoïa.

En parlant de paranoïa, ses yeux tressaillirent tandis qu'on toquer avec acharnement sur la porte, elle faillis sur le moment se mettre à hurler comme une fillette mais trop abasourdi par l'acharnement dont faisais preuve la personne derrière la porte, la jeune femme ne montra signe de vie qu'au second coup de poing asséner sur sa porte en bois qui à force de coup finirais pas céder. Attrapant un coussin afin de se protéger inconsciemment elle ne serras contre elle tandis que sa voix trahissait le silence installer entre deux coups sur la porte d'entré. Elle voulait que sa peur cesse et que son courage se manifeste, histoire de prouver qu'elle n'étais pas une fillette définitivement et qu'elle pouvait se défendre toute seule. Elle se leva du sofa tout en tenant son oreiller, elle venait de demander l'identité de son visiteur et s'approchait de la porte à pas de loup, son couffin serrer dans ses bras fin.

    Ce n'est pas une blague, silvouplaît ouvrez.

Elle aurais pu reconnaître cette voix entre mille, bon sang Adriel planter devant sa porte en train de taper comme un dingue, qu'est ce qu'il lui prenait enfin ! Elle fronça de plus belle ses sourcils, alors qu'elle s'approchait rassuré de sa porte, pour enfin ouvrir et le voir presque se ramasser devant elle. Son visage surpris ne la surprenais guère sur le moment, tellement de fille était passé devant ses yeux surement qu'il ne se souvenait certainement pas d'elle, enfoiré. Et pourtant il énonça à voix haute et clairement son prénom, dans sa totalité qui plus ais ce qui sur le moment eu le dons de faire lever les yeux de la demoiselle au ciel.

    Riverleigh ? C'est bien toi. Quoi qu'il en soit, puis-je entrer, je dois t'avouer que je suis mort de trouille, une ombre me suivait, j'ai prit panique. Désolé de t'avoir fait peur.
    River suffiras, pas besoin de dire le nom au complet. Oh c'est pas vrai ! me dit pas que t'as eu peur d'une ombre mon vieux ! fillette va . Mais enfin, tu peux rentrer .

Elle s'écarta de son chemin pour le faire pénétrer dans la maison, avant de lui faire face en croisant les bras, elle lui adressa finalement un sourire amusée.

    Tes vraiment une tapette à ce que je vois Everton ... bon d'accord j'ai pas mal flippé aussi mais bon. On feras comme si d'accord ?


Un petit rire amusée, à croire qu'elle était de bonne humeur ce matin. Mais enfin un peu de compagnie, aussi mauvaise que celle qui lui apportait Adriel Everton n'était pas de refus, non pas qu'elle ne veuille pas qu'il lui tienne compagnie, mais plutôt sa que rien. Parce que pour dire, dans l'art de prendre les gens pour des idiots, celui là battait les regards. Bon sang, c'est à se demander comment elle a fait pour avoir de sentiments pour un mec qui l'as jette comme une brosse a dent usagé au bout de quelques semaines.Mais enfin, considéré comme de l'histoire ancienne, elle lui adressa un sourire amusée, dans ce camps valait mieux avoir des amis plutôt que de faire la gueule à tous le monde.

    viens t'assoir va, tu veux prendre un petit déjeuner ?
Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 4:10

    Dire que je viens de voir River, pour la première fois depuis bien longtemps et elle me rit au nez ! Je me sens si mal, pourquoi l'avoir laissé tombé ? Je me sentais alors tellement ridicule, devant moi se tenait une personne à qui je tiens énormément mais je n'arrivais pas à dire un mot. J'avais la bouche grande ouverte et tentait de dire un mot, n'importe quoi, mais je finis par soupirer. Ma lampe torche commençait à flipper, elle s'allumait et s'éteignait, je finis donc par la fermer. Mais elle continuait, je commençais à être habitué à ce genre de truc, ça ne me faisait même plus peur d'ailleurs.

    - River suffiras, pas besoin de dire le nom au complet. Oh c'est pas vrai ! me dit pas que t'as eu peur d'une ombre mon vieux ! fillette va . Mais enfin, tu peux rentrer .
    - Arrête de rire de ma gueule River ! C'était pas une ombre normale bon sang ! C'était une silhouette très claire qui me suivait. T'as qu'à dire ce que tu veux, je sais ce que j'ai vu. En plus, cette silhouette me suivait, qui sait ce qui aurait pu m'arriver si tu n'aurais pas ouvert.

    Lorsqu'elle s'écarta, je tourna à nouveau ma tête pour regarder au-dessus de mon épaule, la silhouette n'était toujours pas là. Je me retourna vers River qui s'était écartée de mon chemin et j'entrai alors à l'intérieur. C'était glauque tous les petits bruits me tenaient alertes, j'avais encore le coeur qui battait la chamade. Puis, un coup de feu retentit, mais c'était un son de la télévision. Je sursautai et me tournai vers la télé pour voir que c'était qu'un vieux film ridicule.

    - Désolé si je parais tendu, je le suis vraiment. J'aime vraiment pas cet endroit et ne me dis pas que tu n'as pas peur non plus sinon tu es une piètre menteuse River. Et silteplaît, arrête de m'appeler Everton, ça me fait penser à éventré ! Appelle-moi par mon prénom par pitié.

    J'identifiais toujours le bungalow, il était environ sept heure trente, trente minutes que mon coeur bat la chamade. Elle riait toujours de moi, au moins elle riait, c'était déjà ça. Moi aussi, je riais de moi-même, mais un petit rire retenu.

    - viens t'assoir va, tu veux prendre un petit déjeuner ?
    - J'ai probablement l'air de con devant toi. Pour ce qui est du petit déjeuner, si ça ne te déranges pas, j'accepterai l'offre. Un peu de compagnie ne me fera pas de tort.

    Et c'était vrai, de la compagnie, surtout la sienne, j'aimerais ça. Passer tout mon temps à observer mon voisin de chambre totalement bourré en train de danser sur la macarena, je deviendrai fou allier. Je pris alors place sur l'une des chaises et tapota du doigt sur une petite table. Je voulais lui parler de notre rupture, mais je ne voulais pas qu'elle prenne cela pour des avances.

    - Tu sais... notre rupture. Je suis vraiment désolé. Je veux pas remettre ça sur le tapis, mais j'ai vraiment fait l'idiot. Je voulais, seulement m'attacher à une personne, ça m'est très rare. J'avais tout simplement peur de trop m'accrocher à toi. Peur de faire des bêtises. Mais c'est ce que j'ai fait en fin de compte *petit rire*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 5:13

Elle ne pouvait s'empêcher de rire un peu, bien que pas très détendu par la situation qui s'offrait à elle, autrement dit l'ex petit ami apeuré qui vient toquer à sa porte tôt le matin. Ils étaient dans un parcs d'attraction à moitié patraque, et elle trouvait encore le moyen de lui sourire comme si de rien n'était, bien qu'on ne puisse pas dire que la tension en fut pas palpable entre les deux, mais enfin. Elle riait nerveusement, n'y mettais pas tout son cœur car pas très convaincue. Cette endroit sentait le coup fourré à plein nez, et même après un petit temps passé dans ce camps de la mort la demoiselle n'arrivais toujours pas à se faire aux petits bruits de branches d'arbres qui se frottent la nuit, les feuillages se balançant sous l'effet du vent et les volets qui claquent contre les murs de son bungalow sans cesse. Qui serait rassuré à sa place, et pourtant elle souriait naïvement.

    Arrête de rire de ma gueule River ! C'était pas une ombre normale bon sang ! C'était une silhouette très claire qui me suivait. T'as qu'à dire ce que tu veux, je sais ce que j'ai vu. En plus, cette silhouette me suivait, qui sait ce qui aurait pu m'arriver si tu n'aurais pas ouvert.
    c'était une de tes chéries qui te courait après dans le bois pour pouvoir te sauter dessus !


Elle se moquait de lui bien entendu, bien que cette possibilité pouvait être probable le connaissant. Avec toutes les filles avec qui il était sorti et qu'il avait lâché comme il l'avais fait avec elle, pas étonnant que l'une d'entre elles cherche à lui nuire. Rien que de repenser au moment ou il avait rompu avec elle, comme un lâche sois dit en passant lui provoqua un léger pincement au cœur, elle baissa le regard l'espace d'un bref instant pour réinstaller son sourire par la suite, faire comme si de rien n'était demeurait une bonne parade pour elle. Adriel paressait a la pointe de l'infarctus, River le regarda avec un sourcils froncés alors que la télévision fonctionnait encore et faisait sursauter ce pauvre adriel

    Désolé si je parais tendu, je le suis vraiment. J'aime vraiment pas cet endroit et ne me dis pas que tu n'as pas peur non plus sinon tu es une piètre menteuse River. Et silteplaît, arrête de m'appeler Everton, ça me fait penser à éventré ! Appelle-moi par mon prénom par pitié.
    je t'aurais pris pour un fou si tu aimais cet endroit, et je suis une très bonne menteuse je te ferais dire. Everton, je sais pas j'ai l'habitude d'appeler les gens par leurs nom de famille, c'est un tique surement. A-D-R-I-E-L


elle lui adressa une fois encore un sourire amusée, il est vrai que la demoiselle ne faisait pas attention et a pris l'habitude de toujours appeler tout le monde par son nom de famille, ou bien son surnom pour les privilégiés.
Un petit déjeuner ne ferais de mal à personne cependant, la demoiselle se dirigeait vers la cuisine sans attendre la réponse du jeune homme et servait ainsi un petit déjeuner complet sur un plateau, jus de fruits café chocolat et compagnie, tout pour faire un parfait petit dej`.

    J'ai probablement l'air de con devant toi. Pour ce qui est du petit déjeuner, si ça ne te déranges pas, j'accepterai l'offre. Un peu de compagnie ne me fera pas de tort.


elle ne releva pas, ne pris pas la peine de répondre et finally se présenta dans la living room, posa en douceur le plateau sur la table basse du salon et s' assis sur le sofa à côté d' Adriel. River s'étonne d'ailleurs qu' Illysah ne se soit pas encore réveiller avec le boucan que les deux avaient causé, mais enfin elle ne releva pas non plus. Ainsi elle changea la télé de chaine de télévision tandis qu' Adriel reprenait la parole.

    Tu sais... notre rupture. Je suis vraiment désolé. Je veux pas remettre ça sur le tapis, mais j'ai vraiment fait l'idiot. Je voulais, seulement m'attacher à une personne, ça m'est très rare. J'avais tout simplement peur de trop m'accrocher à toi. Peur de faire des bêtises. Mais c'est ce que j'ai fait en fin de compte

elle lui adressa un regard on ne peut plus intrigué, pour ce lançait-il dans cette conversation là. pourquoi parler de sa maintenant alors que les conditions ne s'y prêtait pas ? Elle le fixait avec un air intrigué tandis que ces paroles sortaient de sa bouche pour venir s'écraser dans les oreilles de la demoiselle. Elle eut un pincement au cœur, il lui embrouillait l'esprit et elle ne comprenais quasiment rien à ce qu'il racontais, mais il parlait de l'ancien eux, ce " eux " à laquelle elle avait tenu durant des mois et des mois, elle ne pouvait que réagir. Cependant sur le coup sonné elle se reprit et lui adressa un sourire.

    oh tu sais, sa fait longtemps maintenant. Enfin je veux dire, t'as pas besoin d'être désolé c'est ancien maintenant ... c'est pas comme si tu pouvais avoir des regrets ou quoi, mais je suis ok' avec sa maintenant... faut savoir passer à autres choses.


elle lui adressa un mince sourire, elle même pas très convaincue par ce qu'elle venait de raconter. Après tout elle n'était sorti avec personne depuis, enfin il y a bien jeremiah qui lui fait un peu du pied depuis peu, mais c'est autre chose. Elle posa son regard sur Adriel, un sourire puis finalement retourna sur la télévision, prenant ainsi un pain au chocolat dans sa main.

    je te souhaite de tomber amoureux, sa te ferais un bien fou .
.
Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Sam 25 Juil - 5:40

    - c'était une de tes chéries qui te courait après dans le bois pour pouvoir te sauter dessus !
    - Ahahah très très drôle. Écoute, arrête de toujours ramener ça sur le tapis, j'ai changé je te ferais remarquer. Peut-être que tu ne veux pas me croire, mais j'ai changé et c'est vrai alors hein, respect !

    Déjà, je commençais à être furieux, pourquoi parlait-elle de cela ? C'est pas elle qui disait qui s'en fichait ? En tout cas, ce n'était pas le moment qu'on se chamaille alors qu'il n'est même pas huit heure du matin. Elle n'arrêtait pas de rire, de sourire, comme si je me ridiculisais de plus en plus, peut-être était-ce le cas. Mais je m'en foutais, je voulais seulement continuer à entendre sa voix, un point c'est tout.

    - je t'aurais pris pour un fou si tu aimais cet endroit, et je suis une très bonne menteuse je te ferais dire. Everton, je sais pas j'ai l'habitude d'appeler les gens par leurs nom de famille, c'est un tique surement. A-D-R-I-E-L
    - pourquoi aurais-je aimé cet endroit ? parce qu'il y a plein de cachettes ? franchement river, habituellement tu lances de meilleures remarques. *rire* si tu es une très bonne menteuse, je suis le bonhomme michelin ! et pour mon de famille, c'est pas grave. seulement, je suis pas dans une équipe de sport alors ça me fait tout drôle dans l'oreille.

    Elle se dirigea alors vers la cuisine, je n'avais même pas eu le temps de placer un simple mot qu'elle était déjà partie, c'est étrange, c'est comme si je ne la connaissais plus. Elle avait tellement changée, elle agissait encore plus bizarre avec moi qu'à l'habitude. Au moins, elle avait un sourire. Elee revint alors avec un grand plateau avec de la nourriture, je pris ce qu'elle me servit mais je n'avais pas trop d'appétit. Par politesse, je bu un peu et croqua dans le pain au chocolat. Après avoir parlé de notre rupture, elle me regarda d'un air intrigué. Je baissai les yeux et fit comme si de rien n'était.

    - oh tu sais, sa fait longtemps maintenant. Enfin je veux dire, t'as pas besoin d'être désolé c'est ancien maintenant ... c'est pas comme si tu pouvais avoir des regrets ou quoi, mais je suis ok' avec sa maintenant... faut savoir passer à autres choses.
    - même si je n'ai pas besoin d'être désolé, je le suis, je m'excuse, sincèrement. ça ne valait pas la peine de te faire vivre ça. j'aurais du combattre ma peur et... et rester à tes côtés. j'ai passer à moitié à autre chose mais bon...

    Nous étions si timide l'un envers l'autre que moi-même je n'arrivais pas à y croire. Habituellement, c'était un peu de rigolade et tout cela mais on dirait que ce camp nous change. Je déteste ça, voir les personnes que j'aime changer, c'est encore plus pire que mes cauchemars.

    - je te souhaite de tomber amoureux, sa te ferais un bien fou.
    - par... parce que tu es tombée amoureuse ? parce que moi... je... je ne suis tombé amoureux que d'une personne entre-temps.

    Je cru à l'instant qu'elle avait un petit copain, je tournai alors ma tête vers le verre et en but une gorgée. Je me sentais mal, très mal. Je ne savais plus quoi penser, ma tête commença à tourner mais je restais stable. Je passa ma main dans mes cheveux et me retourna avec un petit sourire vers River.

    - hum... sinon, quoi de neuf dans ta vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Dim 26 Juil - 17:28

Elle rigolais, sa n'étais qu'une petite blague et elle n'arrivais pas à comprendre pourquoi Adriel prenais la mouche pour une simple petite joute amicale, si tant est qu'ils soient amis. Apparemment ses groupies et conquêtes depuis le temps du lycée étaient devenus de vrais sujets tabou. Mais enfin si il ne savait plus discerner une simple boutade d'une attaque, tant pis pour lui. Après tout elle ne faisais qu'essayer de détendre l'atmosphère, et malgré elle n'arrivait qu'à accroitre la tension palpable inscrite sur les traits d' Adriel. Elle poussa un petit soupir.

    Ahahah très très drôle. Écoute, arrête de toujours ramener ça sur le tapis, j'ai changé je te ferais remarquer. Peut-être que tu ne veux pas me croire, mais j'ai changé et c'est vrai alors hein, respect !
    ne prend pas la mouche, je ne faisais que rire. Changé ? qu'est ce que tu entends par changer ?


tiens tiens voilà une déclaration intéressante. Sa question n'était pas désobligeante, pas non plus énoncé avec un ton de voix traduisant l'animosité loin de là, elle voulais juste savoir il avait attisé sa curiosité. Elle le regardais avec un air calme, posée. Si auparavant elle riait et souriait, l'attitude assez désinvolte et ... énervé d' Adriel clamais à ses sourires de se planquer ailleurs, elle le regardais avec un air on ne peut plus normal. Mais enfin, cet endroit ou ils étaient tous pris au piège avait raison de la bonne humeur de tous, elle la première s'énervait pour un rien sous la tension.

    pourquoi aurais-je aimé cet endroit ? parce qu'il y a plein de cachettes ? franchement river, habituellement tu lances de meilleures remarques. *rire* si tu es une très bonne menteuse, je suis le bonhomme michelin ! et pour mon de famille, c'est pas grave. seulement, je suis pas dans une équipe de sport alors ça me fait tout drôle dans l'oreille.
    je ne t'ai jamais demandé d'aimer cet endroit, tout comme je ne te demandes pas de critiquer ma façon de te balancer des remarques. Dit toi que c'est affectif lorsque je t'appelle everton, vaut mieux sa que je ne t'appelle pas du tout non ?


mais qu'est ce qu'il avait bon sang, son ton de voix sonnais comme sec, elle détestait sa. Qu'on lui parle en général comme sa déclenchait en général la colère de la demoiselle, pire encore maintenant s'ajoutait à ceci le fait que ce soit Adriel qui lui parle sèchement, ce qui provoquait en elle un pincement au cœur, bon dieu elle détestait le fait d'être sorti avec lui, et de s'être accroché à sa personne tellement fort que maintenant dès qu'il lui parlais mal, elle sentait son cœur se fendiller. Mais enfin, un plateau plein de nourriture elle revint après avoir soupiré un bon coup dans la cuisine histoire de décompresser et revenir avec un plateau chargé de nourriture pour eux, et pour une illysah encore endormi pour le moment.

    même si je n'ai pas besoin d'être désolé, je le suis, je m'excuse, sincèrement. ça ne valait pas la peine de te faire vivre ça. j'aurais du combattre ma peur et... et rester à tes côtés. j'ai passer à moitié à autre chose mais bon...
    j'accepte les excuses alors si c'est sincère. à moitié ? franchement ne ressasse pas le passé, fait ce dont tu as le plus envie, surtout ici ... peut être qu'on va tous finir les quatre fers en l'air avant même de s'en rendre compte ici, donc je suis d'avis que tu fasses ce que tu veuilles avec qui tu veux.


C'était véridique, après tout si il fallait mourir demain autant profiter aujourd'hui un maximum. Mais enfin elle n'était pas convaincue qu'elle ferais tout et n'importe quoi pour autant, mais surement en profiterais pour régler ses erreurs passer, s'excuser après des gens à qui elle a fait du mal et surtout profiter de sa vie. Baah on aurais dit une dépressive en attente du châtiment dernier qui parle, alors qu'elle n'était pas du tout ce genre là. Elle lui adressa un mince sourire alors qu'elle portait son verre de jus d'orange à sa bouche, alors que la conversation se portait sur l'amour ...

    par... parce que tu es tombée amoureuse ? parce que moi... je... je ne suis tombé amoureux que d'une personne entre-temps.
    non ... c'est trop douloureux d'être amoureuse de quelqu'un. enfin je veux dire ... c'est merveilleux quand c'est partagé... Enfin bref, qui est l'heureuse élu ?


c'était tellement elle de dire des choses pareille. Elle parlait de son propre cas, tout en laissant un certains mystères, ajouté à ceci une pointe de philosophie. Et puis changeait de sujets, mais enfin le sujet l'interressait, qui donc avait réussi à faire flancher le coeur de Adriel Everton, mais en même temps n'avais pas envie de savoir la réponse, curiosité ou raison ...

    non en faite ne répond pas, ne te sent pas obligé tu ne me dois rien. Ce doit être gênant d'en parler avec moi.


elle lui adressa un petit sourire amusée. pas convaincue toujours.

    hum... sinon, quoi de neuf dans ta vie ?
    rien de grandement spécial, j'ai l'impression d'être insomniaque ces temps si alors que ma colloc elle dort tous le temps. sinon ... rien de spécial vraiment j'ai une vite ennuyeuse à mourir . et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Lun 27 Juil - 7:05

Rater les meilleurs moments de sa vie auprès de la personne que l'on aime, c'est que je déteste. Pourtant, rompre paraissais être la meilleure solution à mes yeux, j'ai rompu par peur et aussi, peut-être par amour. Dans ce temps, j'étais si idiot, idiot de ne pas croire en le véritable amour. Je suis sûr, en ce moment même, que River me déteste. Moi, je l'aime. Peut-être que ce n'est pas réciproque, mais je ferai tout pour la ravoir. Je ne veux pas la voir dans les bras d'un autre homme, ce serait si difficile pour moi. Difficile de voir qu'elle aime quelqu'un d'autre, que son coeur est prit ailleurs et qu'elle ne pense plus à moi. Moi, j'ai toujours pensé à elle, même quand je couchait avec une autre fille, je pensais encore à elle. L'obsession que j'avais pour sa petite personne, ça me faisait tellement peur !

Oui désolé, seulement ce camp me met sur les nerfs. Ça sent tellement le coup fourré cette histoire ! Je suis sûr que ce n'est même pas un camp, sinon les moniteurs seraient là ! Pour ce qui est du changement, j'ai extrêment changé. J'ai réalisé que les histoires d'une nuit, elles avaient une signification, je voulais oublier. Alors, j'ai arrêté, je veux devenir plus sérieux dans mes relations amoureuses et... choisir la bonne, celle qui fait en ce moment battre mon coeur. Je ne veux personne d'autre qu'elle, tu sais que quand j'ai quelque chose en tête, je ferai tout pour réussir.

Ces sourires m'avaient manquées, les sourires de River étaient souvent que très peu sincère mais au moins, elle m'offrait quelques sourires. C'est tellement idiot de voir ce que j'ai raté durant tout ce temps. Je suis déterminé à la ravoir, c'est sûr. Son regard calme, posé voir totalement serein m'obligeait à tout déballer. Je ne pouvais rien cacher à cette fille-là, ma tête ne suivait pas mon coeur. Quand je poussai ma remarque, je me sentis mal sur le coup et lorsqu'elle me répondit, encore plus.

Désolé, je ne veux pas t'insulter, pardonne-moi. Je dois t'avouer que j'ai peur de ce camp et ce sentiment, c'est sûrement partagé par tous les élèves de ce camp. Tant que c'est affectif, appelle-moi de tous les noms que tu veux.

En lançant ces paroles, je fis un petit sourire en coin en prenant une gorgée de jus d'orange. Puis quand je la regardai à nouveau, je fis mon grand sourire qu'elle n'arrivait pas à ne pas me redonner, en espérant que cela fonctionne toujours. Tout-à-coup, je me rappellai une phrase de William Shakespeare.

Qui veut élever en un instant une flamme puissante commence à l'allumer avec de faibles brins de pailles, tu savais ?

Je ris de moi-même en disant cela, c'était quelque chose de vrai que je croyais vraiment. Je commençait à mettre quelques brins de pailles, soufflait un peu sur le feu pour qu'il commence à s'allumer, me brûler me tuerais. J'essayais de rallumer une petite flamme qui serait toujours présente chhez River.

Écoute, j'aimerais qu'on se revoit. Je ne veux pas qu'on se déteste. Ce serait si idiot de faire cela. On recommence tout du début, comme si on ne s'était jamais connu.

Je toussotai un peu, remplace mes vêtements et mes cheveux, leva la tête et regarda River dans les yeux. Durant quelques temps, je me perdis dans son regard et tendit la main.

- Bonjour, je m'appelle Adriel Jaden Everton, je viens de New York et je déteste cet endroit. À qui ai-je l'honneur ? Mais avant cela, je vais répondre à certains trucs.

J'espérais qu'elle embarque dans mon petit jeu, voir si notre relation irait de l'avant, ce que j'espérais.

- non ... c'est trop douloureux d'être amoureuse de quelqu'un. enfin je veux dire ... c'est merveilleux quand c'est partagé... Enfin bref, qui est l'heureuse élu ?
- l'amour c'est douloureux. Mais ça l'est encore plus lorsque ce n'est pas réciproque, tu restes obsédé par cette personne et tu n'oses pas faire quoi que ce soit pour blesser cette personne. Je sais ce que c'est River... je sais ce que c'est. Par contre, lorsque c'est partagé, tu es si heureux que tu ne contrôles plus tes sentiments et... tes gestes, tes paroles. L'heureuse élue ? Je crois que tu la connais assez bien, et c'est... okay je ne continue pas. Ma vie est des plus ennuyantes, rien de nouveau et je pense toujours à la même personne, malgré moi. Maintenant, quel est votre nom mademoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Lun 27 Juil - 21:13

Elle comprenais sans vraiment comprendre. Il se disait sur les nerfs à cause de l'ambiance présente sur le parc, mais en même temps elle l'avait toujours connu assez serein et confiant. Ou était passé son optimisme ? Il aurait pu se dire qu'en faite tout ce ceci n'est qu'un canular et qu'à la fin de l'été tous serais de retour au bercail, comme un mec qui fait genre de s'en foutre carrément. Mais le fait est qu' Adriel ne semble pas se soucier un seul instant de ce que les gens pensent vis à vis de ses sentiments et ses agissements, au contraire de l'époque où ils étaient tous au lycée, l'époque où ils sortaient ensemble. Il changeait vraiment alors, et elle le remarquais au fil de la conversation, plus il s'exprimait et s'ouvrait à elle, et plus elle avais l'impression qu'il disait vrai, ses mimiques et ses gestes criaient la vérité, et elle n'en fut que plus intimidé.

    Oui désolé, seulement ce camp me met sur les nerfs. Ça sent tellement le coup fourré cette histoire ! Je suis sûr que ce n'est même pas un camp, sinon les moniteurs seraient là ! Pour ce qui est du changement, j'ai extrêment changé. J'ai réalisé que les histoires d'une nuit, elles avaient une signification, je voulais oublier. Alors, j'ai arrêté, je veux devenir plus sérieux dans mes relations amoureuses et... choisir la bonne, celle qui fait en ce moment battre mon coeur. Je ne veux personne d'autre qu'elle, tu sais que quand j'ai quelque chose en tête, je ferai tout pour réussir.
    Fait comme moi, dit toi que tu es dans un jeu télé réalité et sa passeras tout seul. Woaw. Effectivement tu as changé, c'est tout à ton honneur. En tout cas j'espère vraiment que tu auras ce que tu veux alors, apparemment tu l'as déjà trouvé, et je sais que tu peux être très persuasif. Tu le mérite.


Elle lui adressa un petit sourire, bien qu'elle ne soit pas tout à fait convaincue. Après tout si il aime une fille, elle était heureuse pour lui mais pas trop quand même parce que sa ne l'as concerne pas directement elle, sa en l'as concerne pas du tout en somme. Rien que cette pensée lui provoquais un pincement au cœur, elle se maudissait d'avoir craqué pour lui il y a de sa quelques mois, et se maudissait encore aujourd'hui d'avoir le cœur qui bat à deux milles à l'heure à chaque fois que son regard croise le sien. Damn c'est pour sa qu'elle ne voulais plus en entendre parler après la rupture. Elle pouvait l'appeler du nom qu'elle voulait, même si « mon amour » lui aurait convenu elle se contentait d'everton, simple et sobre, il partageait la particularité des autres proches de la jeune femme, c'est à dire d'avoir pour surnom son nom famille.

    Qui veut élever en un instant une flamme puissante commence à l'allumer avec de faibles brins de pailles, tu savais ?.


Elle lui adressa un sourire amusée, sa phrase sortait de n'importe où et se glissait dans la conversation comme une carte à la poste. Elle rit un instant, simplement parce qu'il l'avais prise au dépourvu avec cette philosophie. Mais enfin sa citation était véridique, décidément Adriel everton savait sortir les bonnes phrases, des bons auteurs et au bon moment, et en bonne lectrice bien entendu la demoiselle connaissait . William Shakespeare, grande figure anglaise.

    Écoute, j'aimerais qu'on se revoit. Je ne veux pas qu'on se déteste. Ce serait si idiot de faire cela. On recommence tout du début, comme si on ne s'était jamais connu.
    Je t'arrête tout de suite, je ne te déteste pas ... ou plus disons pour être plus honnête. Ce que tu m'as fait sa à été assez dur, alors ne crois pas que ma confiance reviendras en un claquement de doigt et de bonne résolution. Tu m'as fait mal. Mais comme je l'ai dit, c'est du passé. Je veux bien recommencer de zéro avec toi, seulement sache que je sais passer l'éponge mais que je n'oublierais jamais.


Elle avait été on ne peut plus honnête, simplement parce qu'elle devait lui dire. Si il cherchait à être amie avec la pauvre river amoureuse de lui, il fallait bien qu'il sache que de la lâcher avait entrainé des conséquences pour elle.Seulement elle espérait qu'il ne prenne pas la mouche vis à vis de sa, non pas qu'elle ne veuille pas être son " amie ", c'est mieux que rien après tout.

    Bonjour, je m'appelle Adriel Jaden Everton, je viens de New York et je déteste cet endroit. À qui ai-je l'honneur ? Mais avant cela, je vais répondre à certains trucs.


Cela semblait être une introduction de sois même plutôt interessante, marrante et pourtant assez complète. Pourquoi pas après tout, cependant elle savait déjà tous sa donc le jeu était moins ... drôle peut être, cependant elle lui adressa un sourire amusée et franc cette fois ci. La fin de cette petit intermède l'intrigua, elle fronça les sourcils, emprunt d'une curiosité maladive et attendit la suite avec impatiente.

    l'amour c'est douloureux. Mais ça l'est encore plus lorsque ce n'est pas réciproque, tu restes obsédé par cette personne et tu n'oses pas faire quoi que ce soit pour blesser cette personne. Je sais ce que c'est River... je sais ce que c'est. Par contre, lorsque c'est partagé, tu es si heureux que tu ne contrôles plus tes sentiments et... tes gestes, tes paroles. L'heureuse élue ? Je crois que tu la connais assez bien, et c'est... okay je ne continue pas. Ma vie est des plus ennuyantes, rien de nouveau et je pense toujours à la même personne, malgré moi. Maintenant, quel est votre nom mademoiselle ?


Elle écoutait avec attention et pourtant se perdait dans les mots qu'il employait, ne comprenait pas tout en comprenant. Assez compliqué mais pourtant elle comprenait ce qu'il voulait dire, mais se demandais si certaine parole contenait des sous entendus ou si elle se faisais des films, car l'impression qu'il parlait de lui vis à vis d'elle était bien présente, mais sa quand on est amoureuse c'est un lot commun. Elle eut un moment de bug totale, il s'ouvrait à elle comme un livre ouvert, et elle lisait en lui une conviction sans faille, toutes ces paroles déversés à flots semblaient vraies, il y mettait tellement de cœur qu'elle était convaincue qu'il disait vraie, et pourtant c'était tout à fait contradictoire avec le Adriel qu'elle connaissait auparavant. Alors elle connaissait assez bien la personne dont il était si éperdument amoureux, damn si elle la croise sur le parcs, elle lui fait la peau.

    Oh euh ... tu m'as un peu perdu dans tes paroles, mais je suis convaincue de ta bonne foi. Ce camps t'auras définitivement changé à croire. J'en suis heureuse pour toi... bonne chance pour ta ... future relation stable en tout cas, sa te feras un bien fou de te poser.
    Enfin, d'accord pour la présentation. Moi c'est River ... Riverleigh en faite pour la petite anecdote mais River suffiras.River Eleah Davenport, New York aussi, j'ai une colocataire qui semble dormir la plupart du temps pour fuir un peu le camps, ma vie est un fouilli ennuyeux, je n'ai rien d'intéressant à raconter.


un mince sourire, elle décidait de rentrer dans son jeux.

Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Mar 28 Juil - 4:31

Je m'ouvrais, déballant tout. C'était la seule personne à qui je pouvais me confier sans qu'elle me trouve trop ridicule ou un truc du genre. J'avais peut-être la frousse de ce camp, mais je savais qu'elle aussi elle en était tout aussi apeurée. Chaque fois que mes yeux se posaient dans les siens, plein de flashback se passaient dans ma tête. Je revoyais l'ancienne époque, celle ou j'étais qu'un connard accro au sexe. Pourquoi je l'avais laissée tombée ? Je me suis posé cette question si souvent que je ne m'en rappelle plus combien de fois exactement. Quand j'ai réalisé que c'était elle que j'aimais, plus personne ne m'a reconnu. Tout le monde croyait que, du jour au lendemain, j'avais été possédé. Je crois que j'aurais eu la même réaction si River aurait changée complètement, mais être totalement le contraire de ce qu'elle était. Sûrement que mon coeur ne tiendrait pas le choc, de voir que celle qui m'est destinée a trop changée.
    - Fait comme moi, dit toi que tu es dans un jeu télé réalité et sa passeras tout seul. Woaw. Effectivement tu as changé, c'est tout à ton honneur. En tout cas j'espère vraiment que tu auras ce que tu veux alors, apparemment tu l'as déjà trouvé, et je sais que tu peux être très persuasif. Tu le mérite.
    - Dans un jeu télé réalité ? Pfff *rire* c'est vraiment n'importe quoi. Mais c'est vrai que ça peut détendre l'atmosphère. Pour ce qui est du changement, je change tout pour la personne que j'aime et comme tu ne veux pas savoir de qui il s'agit parce que tu connais cette personne parfaitement, je ne vais rien te dire sur cet identité. Sauf peut-être que je l'ai vu, très récemment. Mais je ne crois pas que c'est réciproque, elle me rit totalement dans la face, même si parfois, ça a l'air sincère.

Je savais qu'elle allait décelée un des indices, depuis tout à l'heure elle riait de moi et River n'est pas idiote après tout. Je crois que ma petite phrase poétique a bien plu à River, elle a rigolée et cette fois-ci ça avait l'air d'être plutôt sincère. Je sortais mes meilleures cartes afin de ressouder un lien qui a disparut, il y a déjà quelques mois. Je savais qu'elle n'allait pas vouloir "tout" oublier, mais déjà, tout recommencer à zéro me semblait être le meilleur moyen. Effacer le passé pour ne penser qu'au présent.
    - Je t'arrête tout de suite, je ne te déteste pas ... ou plus disons pour être plus honnête. Ce que tu m'as fait sa à été assez dur, alors ne crois pas que ma confiance reviendras en un claquement de doigt et de bonne résolution. Tu m'as fait mal. Mais comme je l'ai dit, c'est du passé. Je veux bien recommencer de zéro avec toi, seulement sache que je sais passer l'éponge mais que je n'oublierais jamais.
    - Bah tu me donne ce sentiment River, tu me ris au nez et tu ne cesses d'agir comme si je n'étais... *je baissai d'un ton de voix, je commençais à être déçu et je crois que ça se voyait clairement* comme si je n'étais rien à tes yeux. J'ai fait le con, voilà tout. Je n'ai jamais voulu te faire de mal, peut-être que tu ne le sais pas, mais je tiens encore à toi. Surtout que cet endroit va me rendre dingue, je ne veux pas que notre relation se termine en un vieux truc moche dont tout le monde n'a qu'une envie, oublier. Moi je ne veux pas t'oublier, ce serait un crime à mes yeux.

À ce moment précis, j'avais juste envie de lui dire combien je l'aimais, que je voulais être à ses côtés, retoucher ses lèvres, voir ses yeux illuminés. Mais pour le moment, elle me donnait l'impression qu'elle me détestait. Ce qui me détruisait, plus le temps passait, plus ma moue joyeuse commençait à devenir le contraire. Mon petit sourire disparut pour laisser place à un visage sans émotion. Je n'ai pas remarqué ce qu'elle fit, mais lorsqu'elle se mit à parler, je l'écoutais sans vraiment la regarder. J'avais juste envie de m'en aller et de lui dire "je t'aime" pour rentrer dans mon bungalow puis y rester enfermer jusqu'à la fin de ses vacances.
    - Oh euh ... tu m'as un peu perdu dans tes paroles, mais je suis convaincue de ta bonne foi. Ce camps t'auras définitivement changé à croire. J'en suis heureuse pour toi... bonne chance pour ta ... future relation stable en tout cas, sa te feras un bien fou de te poser.
    Enfin, d'accord pour la présentation. Moi c'est River ... Riverleigh en faite pour la petite anecdote mais River suffiras.River Eleah Davenport, New York aussi, j'ai une colocataire qui semble dormir la plupart du temps pour fuir un peu le camps, ma vie est un fouilli ennuyeux, je n'ai rien d'intéressant à raconter.

    - Oui, moi aussi je suis perdu. La personne qui j'aime n'a pas l'air de m'aimer comme moi. Surtout que plus le temps passe, plus mon coeur se referme. Mais bon, passons. Bonjour River. Nous venons de la même ville et je dois avouer que je n'ai pas vu ta coloc' mais ce n'est pas si grave.

Je restai muet, figé. Je ne bougeais plus, je regardait le plancher devant moi. Je n'avais plus envie de manger. River avait changée, en tout cas, de ce que j'avais pu voir et entendre. J'espérais au moins une petite réaction. Je ne bougeais plus, je ne voulais pas, j'aurais voulu rester cette statut de pierre que l'on ne comprends pas trop le pourquoi du comment qu'elle fait là. J'aurais voulu rester là, sans faire un seul bruit, mourrir à cet instant même. Je me tournai vers elle, les yeux proche de se noyer, je gardais mes larmes à l'intérieur.
    - Par simple curiosité, tu crois que toi et moi, un jour hum... ah non laisse faire. C'est vraiment trop idiot.

Je me retournai et prit une gorgée que je fis bouger partout dans ma bouche avant d'avaler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Mar 28 Juil - 20:17

Il faisait tellement d'allusion que sa en était déconcertant, dans sa grande folie River pensait comprendre qu'il parlait d'elle en évoquant une tout autre personne, elle fronçait les sourcils à chaque mots sortant de la bouche du jeune homme, affichait une dé concertation marqué sur ses traits de visages et se demandait si jamais elle faisait le rapprochement entre le fait qu'elle lui avait rit au visage quelques minutes auparavant et ce qu'il venait de dire. Elle essayait de se dire que tout ce petit amalgame n'était que pur fruit de son imagination débordante, et surtout de ces sentiments car c'est bien connu, l'amour rend aveugle. De plus belle, si auquel cas il parlais d'elle, elle ne comprenait pas pourquoi il clamait qu'elle lui riait au visage, elle ne faisait que rire, un rire franc et honnête et lui prenait sa au premier degrés. Il avait tellement changé depuis le temps que sa en était déconcertant, elle le regardais comme si il était un inconnu, métaphoriquement bien sur . Car il arborait une toute nouvelle personnalité, à voir si elle aimait cette personnalité nouvelle ou pas... Mais enfin, toujours est il qu'il la stressait à dire qu'elle connaissait parfaitement la personne, elle l'imaginait déjà au bras d' Ilyssah, ou bien d'une amie porche, et sa c'était hors de question?

    Dans un jeu télé réalité ? Pfff *rire* c'est vraiment n'importe quoi. Mais c'est vrai que ça peut détendre l'atmosphère. Pour ce qui est du changement, je change tout pour la personne que j'aime et comme tu ne veux pas savoir de qui il s'agit parce que tu connais cette personne parfaitement, je ne vais rien te dire sur cet identité. Sauf peut-être que je l'ai vu, très récemment. Mais je ne crois pas que c'est réciproque, elle me rit totalement dans la face, même si parfois, ça a l'air sincère.
    hey vaut mieux sa que de se dire qu'on est entouré de cannibale ou de monstre.
    Elle est vraiment importante pour toi hein ... Et vaut mieux qu'elle rit parce que tu es drôle plutôt qu'elle pleure non ? ne prend pas tout au premier degrés, en général une fille qui rit c'est acquis.


et bien voilà que lui aussi se moquait d'elle avec son histoire de télé réalité, mais en même temps son histoire était tellement à dormir debout qu'elle même n'y croyais pas une seule seconde. Mais c'était assez drôle de se dire que des caméras rivées sur eux attendaient que l'un d'entre eux se fassent tuer au détour d'un sentier. Pourquoi après tout, mais enfin … Il changeait pour la personne qu'il aimait, bon dieu lorsqu'il répétait encore qu'elle avait dit ne pas vouloir savoir, elle voulait lui hurler dessus en lui disant que si ! Bien sur qu'elle voulait savoir ! Même si elle devait en pleurer et en souffrir pendant des jours, tant pis. Mais enfin, il était sorti avec un tas de fille après elle, depuis le temps elle aurait dut s'y faire, quand bien même elle est en envie. Elle baissa le regard et se tourna les pouces, puis finalement releva son visage vers lui.

    Bah tu me donne ce sentiment River, tu me ris au nez et tu ne cesses d'agir comme si je n'étais... comme si je n'étais rien à tes yeux. J'ai fait le con, voilà tout. Je n'ai jamais voulu te faire de mal, peut-être que tu ne le sais pas, mais je tiens encore à toi. Surtout que cet endroit va me rendre dingue, je ne veux pas que notre relation se termine en un vieux truc moche dont tout le monde n'a qu'une envie, oublier. Moi je ne veux pas t'oublier, ce serait un crime à mes yeux.


Et la conversation dérapait vers un sujet beaucoup plus sérieux. Elle écoutait toute ces déclarations avec une attention particulière, alors qu'il déclarait qu'elle lui donnait l'impression qu'elle le détestait, ce qui en somme était totalement ridicule, du moins plus maintenant. Mais elle se devait d'être honnête, il est vrai qu'au départ elle le haïssait pour l'avoir lâcher comme une malpropre. La suite de ses paroles lui firent comprendre qu'il parlait bien d'elle, tout ce discours sur elle et la sois disant bien aimée se rejoignait tellement trop. Les paroles qui sortaient de sa bouche, le fait qu'il tienne à elle et qu'il ne veuille pas oublier, sa voulait tout dire, seulement elle n'était pas sur et ne voulait pas se planter, se faire des faux espoirs.

    Tu ne m'as revu que depuis cinq minute et tu penses déjà que je te considère comme un moins que rien ... Et qu'est ce que sa peut te faire de savoir si je te déteste et comment je te considère, je te rappel que c'est toi qui m'as largué Adriel, c'est toi qui à choisis de jeter notre " histoire" aux oubliettes. Tu ne veux pas que ce soit terminé, mais c'est toi qui y a mis fin il y a des mois de sa. Si sa n'aurais tenu qu'à moi, on serais toujours ensemble. mais c'est comme sa, tu as choisi et j'ai fait avec.


Peut être un peu dur sur le moment, elle le regarda avec un air désolé. Simplement parce qu'elle savait qu'elle avait raison, il lui avais fait tellement de mal qu'elle ne pouvais s'empêcher de lui envoyer sa dans la conscience, parce qu'elle avait vécu avec sa pendant des mois sans jamais le dire. Mais le fait qu'il dise qu'elle avait l'air de s'en foutre royalement, voir de ce foutre de sa gueule lui foutais les boules, c'était elle qui en avais souffert et là il allait trop loin dans ses propos.

    Oui, moi aussi je suis perdu. La personne qui j'aime n'a pas l'air de m'aimer comme moi. Surtout que plus le temps passe, plus mon coeur se referme. Mais bon, passons. Bonjour River. Nous venons de la même ville et je dois avouer que je n'ai pas vu ta coloc' mais ce n'est pas si grave.
    Tu as rencontré des gens ici depuis ton arrivé ? enfin je veux dire y a un tas de gens intéressant ici, des gens qu'on connais pas . ^^


Elle avait rencontré un tas de personne et en était vraiment fière, n'ayant pas toujours été a la pointe de la sociabilité la demoiselle se découvrais encore sur le camps, elle allait plus vers les gens, car si on meurt ici au moins mourir entouré d'un tas d'amis. Elle avait totalement oublié le petit déjeuner, la télévision allumé et Illyssah en train de dormir dans la chambre au fond du couloir, mieux encore elle ne semblait captivé que par la conversation avec Adriel. Elle se demandait bien ce que tout ce cirque lui réservait, et ce que serais l'issu de cette conversation. Pourtant il avait l'air bouleversé par cette conversation et ne la regardais même plus.

    Par simple curiosité, tu crois que toi et moi, un jour hum... ah non laisse faire. C'est vraiment trop idiot.


Son cœur piqua un gros sprint, elle le regardais avec un regard perdu, son visage se décomposais. Elle le regardais comme si elle essayais de lire ses pensées si complexe, voulais lire en lui comme dans un livre ouvert. Cependant il se ravisa, et elle retrouva ses esprits.

    ok ...


Elle était vexé qu'il se ravise, pire encore qu'il dise que ce soit trop idiot, que le toi et moi soit trop idiot pour qu'on, pose une question dessus. Elle le regarda avec un air neutre puis se leva du sofa pour ramener le plateau bouffe dans la cuisine, et revenir, s'appuyer sur le mur les bras croisés et le regarder sans sourire, mais pas non plus avec un air méchant. En faite elle s'interrogeait, dans son esprit ce demandais ce qu' Adriel pouvait bien penser, pourquoi il parlait d'elle de tel façon qu'on pourrait croire qu'il regrettais le temps où ils étaient ensemble, c'était il y a longtemps.

    si tu as vraiment envie qu'on devienne ami, on feras des sortis sa ne me dérange pas. Y a un tas de chose à faire ici, c'est pas les activités qui manques. On pourras aller dans le parcs prochainement, j'ai toujours eu peur d'y mettre les pieds, j'ai bien essayé d'y aller avec mon demi frère, mais c'est encore plus une lopette que moi.


elle eut un mince sourire amusée rien qu'en repensant à son cher Ezra en train de flipper dans le parcs, ils n'ont d'ailleurs tous deux pas fait long feu dedans. Adriel était plus imposant et tout sa, du coup se serait plus ... réconfortant peut être d'y aller.

    on pourras y aller avec mon demi frère et mon cousin si tu veux, et puis tu peux prévenir une ou un de tes amis comme tu veux ^^


Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Mar 28 Juil - 22:39

Plus je parlais, plus je me mettais des bâtons dans les roues. Mon cerveau ne remplissait plus ses fonctions, en fait, il allait tellement rapidement que même moi, je ne suivais plus. Mon coeur battait la chamade et je commençais à avoir chaud. Je passa mes mains dans mon visage pour aller vers mes cheveux que je relevai en l'air, une de mes vieilles habitudes, celle qui ne va sûrement jamais changer. Soudain, je me rappelai que j'étais dans un simple bungalow dans un camp qui nous amène une image de terreur. Quoi qu'il en soit, je ne faisais aucun mouvement. J'étais trop absorbé dans mes pensées. Comment allait réagir River si je lui dis que c'est elle ? Que va-t-elle faire ? Me dire que c'est réciproque et vais-je lui foutre la peur de sa vie. Tout déballait dans ma tête à trois cent mille à l'heure. Je n'arrivais plus à penser, que faire ? Lorsqu'elle reprit la parole, je fis de même.
    - hey vaut mieux sa que de se dire qu'on est entouré de cannibale ou de monstre.
    Elle est vraiment importante pour toi hein ... Et vaut mieux qu'elle rit parce que tu es drôle plutôt qu'elle pleure non ? ne prend pas tout au premier degrés, en général une fille qui rit c'est acquis.

    - Si ça serait des cannibales, je leur donnerais la bouffe pas mangeable de la cafétéria mais si c'est des monstres, je prend mes jambes à mon coup !
    Elle est plus qu'importante River. Beaucoup plus. Moi, j'aime juste la voir sourire. Voir qu'elle est heureuse. Je ne me reconnais même plus dans ce camp, tu crois que mes changements font lui plaire ?

Elle m'écoutait, avec une de ses mines qui se disaient tout. Je l'impressionnait je crois. Je laissais tous les indices sur mon passage pour qu'elle découvre que c'est elle. Je voulais qu'elle le sache. Je ne voulais pas qu'elle croit que je suis venu ici que pour la faire souffrir, ce n'est pas le cas, je suis encore amoureux d'elle, je l'ai comprit. Il y a de cela des mois, je n'aurais rien du dire, j'aurais du continuer ma vie comme ça, j'aurais été si heureux. En ce moment même, je n'avais qu'une envie. L'embrasser, ça va paraître idiot, mais c'est rien que ça que je veux. Peut-être que si elle me rend mon baiser, cela voudra dire qu'elle m'aime toujours. Ou que j'embrasse bien ^^. Je jetai un petit regard vers River, elle me regardait toujours, je fis alors un petit sourire avant de lâcher un petit rire.
    - Tu ne m'as revu que depuis cinq minute et tu penses déjà que je te considère comme un moins que rien ... Et qu'est ce que sa peut te faire de savoir si je te déteste et comment je te considère, je te rappel que c'est toi qui m'as largué Adriel, c'est toi qui à choisis de jeter notre " histoire" aux oubliettes. Tu ne veux pas que ce soit terminé, mais c'est toi qui y a mis fin il y a des mois de sa. Si sa n'aurais tenu qu'à moi, on serais toujours ensemble. mais c'est comme sa, tu as choisi et j'ai fait avec.
    - Bien, tu me donnes cet impression. Ce que ça me ferait, je ne sais pas. Ce serait un gros choc, trop dur à encaisser. Ça me blesserait, mais peut-être qu'avec ce que je t'ai fait je le mérite. [color=black]Je repris mes esprits avant de tout déballer. Tu veux savoir pourquoi je t'ai largué ? Tu étais la première fille à qui je tenais vraiment. Je n'arrivais pas à me défaire de toi moins d'une journée, tu étais devenue une sorte de drogue pour moi River. J'étais tellement accroché à toi que j'avais peur de faire une bêtise, que je rate tout. Je ne voulais pas te blessais. Je me calmai, je commençais à devenir fâché et j'avais rapproché mon visage de celui de River. Et si tu veux tout savoir, moi aussi j'aurais aimé que ça continue. Si tu ne voulais pas entendre ça, pas de ma faute. Maintenant, je t'ai dit tout sur notre relation passé. Peut-être suis-je encore amoureux de toi, peut-être que j'ai couché avec plein de filles, peut-être ai-je fait le con en te laissant tomber. Mais je sais une chose. On ne s'est pas oublié.

Je me rassis alors à ma place, je restai moi-même bouche-bée sur ce que j'avais dit. Elle se leva alors pour aller porter le plateau de bouffe. Je décompressai et tenta de me rappeler ce que j'avais dit. Sous l'adrénaline, je ne me rappelle jamais ce que j'ai dit, malheureux pour moi. J'avais envie de retenir mes paroles, de les garder au loin dans mon crâne et ne jamais les oublier. À ce moment, j'ai eu envie de crier à quel point je l'aimais. Mais je ne le fis pas. Je me retins et c'est alors que je me tournai pour remarquer qu'elle était accotée au mur.
    - si tu as vraiment envie qu'on devienne ami, on feras des sortis sa ne me dérange pas. Y a un tas de chose à faire ici, c'est pas les activités qui manques. On pourras aller dans le parcs prochainement, j'ai toujours eu peur d'y mettre les pieds, j'ai bien essayé d'y aller avec mon demi frère, mais c'est encore plus une lopette que moi.
    - Je dis alors, tout bas. J'aurais tellement envie de plus qu'être ami. Je parlai alors normalement. Ouais des sorties, mais pas seulement avec les amis ou la famille, on pourrait aller au parc d'attraction cet après-midi. Peut-être seul, comme ça, lorsqu'on ira avec le frère, on pourra rire de sa gueule.

Je retrouvai alors mon grand sourire ravageur. J'avais envie de le sortir pour la première fois dans cette conversation. Je m'imaginais les deux en train de mourir de peur dans le parc, deux minutes et ils sont déjà partis. Je lâchai de nouveau un rire avant de me lever et aller vers River.
    - on pourras y aller avec mon demi frère et mon cousin si tu veux, et puis tu peux prévenir une ou un de tes amis comme tu veux ^^
    - hum... j'aimerais pas trop que tu vois mes amis, tu vas les trouver franchement bizarre. de plus qu'ils sont tous prêt à se tuer ici. pour la première fois, ça te dis qu'on y aille aujourd'hui ? cet aprèm ? je ne fais rien de très important, à part partir à la découverte du camp. alors tu acceptes ou tu refuses ?

Je m'accota alors l'épaule sur le mur, j'étais à quelques centimètres de River et j'avais les bras croisés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Mer 29 Juil - 0:39

Son esprit s'embrouillait au fin de la conversation, et ses pensées se perdaient dans les paroles qui s'échappaient de la bouche de son interlocuteur. River ne savait plus où son esprit vagabondait, mais elle accordait une attention toute particulière à Adriel qui semblait se perdre encore plus dans ses explications, il en faisait beaucoup trop aux yeux de la jeune femme qui pour la première fois de la conversation se demanda si il ne sur-jouait pas un peu trop ses discours. Pensée un peu contradictoire avec ce que son cœur lui dictait, lui criait même. Adriel semblait tellement convaincue avec ses paroles, y mettait tellement de cœur qu'elle ne pouvait définitivement qu'y croire.

    Si ça serait des cannibales, je leur donnerais la bouffe pas mangeable de la cafétéria mais si c'est des monstres, je prend mes jambes à mon coup !
    Elle est plus qu'importante River. Beaucoup plus. Moi, j'aime juste la voir sourire. Voir qu'elle est heureuse. Je ne me reconnais même plus dans ce camp, tu crois que mes changements font lui plaire ?

    et je doit dire que personne ne doit te reconnaitre non plus. Je n'en sais rien, sa dépend de la personne et de ton lien avec elle, personne ne peut prévoir.


En tout cas elle espérait qu'il daigne lui dire enfin de qui il parlais, bon sang elle en avais assez de l'entendre parler d'une certaine fille, qu'elle connaissait plus que bien et qui d'après sa description correspondait tout à fait au personnage qu'elle représentait, bon dieu elle se demandait pourquoi il semait autant d'indice et pourquoi donc il parlait de sa situation comme si elle devait elle même en tirer profit. Mais elle restait avec un visage assez neutre pour ne pas faire transparaitre aucune émotion, même si au fil de la conversation tout devenait beaucoup plus compliqué. Elle était bouleversé par les paroles d'Adriel, ne pouvait s'empêcher de croire qu'il parlait d'elle et fondait un fabuleux espoir. Sur le moment un peu blessante, elle lui déballait qu'elle n'était pas prête à pardonner cash, juste parce qu'il parlait bien.

    Bien, tu me donnes cet impression. Ce que ça me ferait, je ne sais pas. Ce serait un gros choc, trop dur à encaisser. Ça me blesserait, mais peut-être qu'avec ce que je t'ai fait je le mérite. Tu veux savoir pourquoi je t'ai largué ? Tu étais la première fille à qui je tenais vraiment. Je n'arrivais pas à me défaire de toi moins d'une journée, tu étais devenue une sorte de drogue pour moi River. J'étais tellement accroché à toi que j'avais peur de faire une bêtise, que je rate tout. Je ne voulais pas te blessais.. Et si tu veux tout savoir, moi aussi j'aurais aimé que ça continue. Si tu ne voulais pas entendre ça, pas de ma faute. Maintenant, je t'ai dit tout sur notre relation passé. Peut-être suis-je encore amoureux de toi, peut-être que j'ai couché avec plein de filles, peut-être ai-je fait le con en te laissant tomber. Mais je sais une chose. On ne s'est pas oublié.


Son cœur se détacha de son corps, il avouait tout sons avouer. D'ailleurs il n'avait pas l'air de remarquer toutes les informations qu'il venait de lâcher et elle se figeait sur place. Son cœur battant elle se demandait quand alors ses nerfs allaient lâchés et que son cerveau ne répondrais plus de rien. Elle restait figée en le regardant, les mains presque tremblantes alors qu'il s'était rapprochés d'elle tout en parlant. Lui même se rendait compte de ce qu'il avait dit, et n'en revenait pas.

    tu ... euh. tu parles de moi depuis le début n'est ce pas ? ... non en faite ne répond pas. Je veux pas savoir la réponse.


Elle lui adressa un regard perdu tandis qu'elle était les bras serrés accoudés au mur, il était maintenant prêt d'elle et accoudés aussi contre le même mur. Elle avait le cœur qui battait la chamade. Il marmonnait des paroles, et elle n'entendais que la fin de la phrase qu'il formulait.

    Ouais des sorties, mais pas seulement avec les amis ou la famille, on pourrait aller au parc d'attraction cet après-midi. Peut-être seul, comme ça, lorsqu'on ira avec le frère, on pourra rire de sa gueule.
    ouai ... va pour cette aprem`si tu veux alors.


l'après midi même risquait d'être mouvementé et pleine de surprise. Elle ne savait pas à quoi s'attendre, mais elle voulait s'en tenir à la pur amitié. Parce que sa n'était pas encore tout à fait pardonner, elle ne savait pas ce qu'elle lui voulait, et puis il n'avais pas tout à fait balancé ses sentiments. En gros l'incompréhension total entre les deux.

    hum... j'aimerais pas trop que tu vois mes amis, tu vas les trouver franchement bizarre. de plus qu'ils sont tous prêt à se tuer ici. pour la première fois, ça te dis qu'on y aille aujourd'hui ? cet aprèm ? je ne fais rien de très important, à part partir à la découverte du camp. alors tu acceptes ou tu refuses ?.
    n'oublie pas qu'on est sorti ensemble donc je connais forcément tes amis. j'accepte ... mais cette après midi, ce midi je déjeune avec mon frère. on se rejoindra sur le parcs vers ... 14h30 ?

Revenir en haut Aller en bas
Adriel J. Everton

avatar

Nombre de messages : 49
Pseudo : Chocolate Brownies
Jukebox : Burnin' Up - Jonas Brothers
Crédits : Misery Angel (mon assassin) (L)
Date d'inscription : 24/07/2009

Bienvenue en enfer...
Amis, amours, emmerdes.:
Peur.:
70/100  (70/100)
Quelque chose à dire ?: J'aime mes proches =)

MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   Jeu 6 Aoû - 9:54

Pour montrer que je t'ai pas oublié, seulement je vais en Espagne pour voir mon grand-père, il a un cancer et il ne lui reste plus beaucoup de temps pour vivre. Au fait, je pars avec Peter qui est ma soeur ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: what are you doing here then ? | Everton   

Revenir en haut Aller en bas
 
what are you doing here then ? | Everton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le camp de vacances. :: 
■ Bungalows.
 :: ¬ riverleigh davenport + ilyssah ashford
-
Sauter vers: